🦒 Demander ce qui contribuerait Ă  notre bien-ĂȘtre.

RĂ©sumĂ© chapitre 6  Demander ce qui contribuerait Ă  notre bien-ĂȘtre.
La quatriĂšme composante de la CMV attire notre attention sur ce qui enrichit notre vie et celle des autres, et nous invite Ă  formuler mutuellement des demandes claires. Nous nous efforçons d’Ă©viter les formulations imprĂ©cises ambiguĂ«s ou abstraites et d’utiliser un langage d’action positif en dĂ©clarant ce que nous demandons plutĂŽt que ce que nous ne demandons pas.
Plus nous exprimons avec prĂ©cision ce que nous voulons, plus nous avons de chances de l’obtenir. Dans la mesure oĂč le message que nous Ă©mettons ne coĂŻncide pas toujours avec celui qui est reçu, nous pouvons apprendre des moyens de savoir si notre message a Ă©tĂ© correctement entendu. Lorsque nous nous  adressons Ă  un groupe, soyons particuliĂšrement attentifs indiquer la nature prĂ©cise de la rĂ©action que nous souhaitons, sans quoi, nous risquons de lancer des conversations improductives, qui font perdre beaucoup de temps au groupe.
Les demandes sont perçues comme des exigences lorsque leur destinataire est convaincu qu’il sera critiquĂ© ou puni s’il n’obtempĂšre pas.  Nous pouvons aider nos interlocuteurs Ă  croire que nous exprimant bel et bien une demande et non une exigence en prĂ©cisant que nous apprĂ©cions qu’il n’accĂšde pas Ă  nos dĂ©sirs que s’ils y sont vraiment disposĂ©s. L’objectif de la CNV n’est pas de changer les autres et leurs comportements afin d’ obtenir ce que nous voulons.
Il est d’Ă©tablir des relations fondĂ©e sur la sincĂ©ritĂ© et l’empathie qui, au bout du compte, satisferont les besoins de chacun.

Je réagis à cet article, je laisse un commentaire